dimanche 25 mai 2008

Vague jaune et juste milieu ?


Au temps lointain de mon enfance, à chaque grand repas de famille, le péril jaune était invité bien avant le dessert! Le mythe était tenace et il me semble encore entendre les mise en garde de mon grand père Edouard qui était sincèrement persuadé que l'Asie serait porteuse de désordres graves sur tous les plans ! Cette obsession portait le joli nom de "péril Jaune" ! Alors, durant toute mon enfance je dus vivre avec cette menace qui me semblait
, somme toute, assez peu contraignante!
Mes ancêtres s'en sont allés, victimes des emprunts Russe et d'un banquier "made in France"peu recommandable et après leur départ le péril jaune cessa de me tracasser!

Longtemps après cet épisode, d'honorables commerçants asiatiques investirent pacifiquement l'arrondissement populaire et parisien dans lequel nous vivions. Pour nous, point de panique car nous n'attachions pas une grande importance à la couleur de la peau de nos voisins. Mais, tout de même, une certaine inquiétude gagna certains vieux résidents de notre quartier si tranquille car beaucoup d'entre eux avaient été marqués dans leur jeunesse, comme moi, par le mythe dévastateur du fameux "péril jaune". D'autres, mais certainement pas les plus nombreux se rappelaient la prophétie d'un obscur député, qui lors de son court passage au parlement, avait doctement déclaré à ses pairs : « Vous ne percevez donc pas les grondements précurseurs de l’orage qui se forme là-bas en Extrême-Orient ? »!

J'avais déjà à cette époque une vision assez précise sur les paradis situés à l'Est de notre vieille Europe mais je n'avais pas encore eu de contact direct avec la Chine. Cela se produisit à l'occasion d'un voyage professionnel et la découverte de ce nouveau système communiste me laissa perplexe ! Je dois bien avouer que l'apparence déconcertante de cette « fourmilière humaine et marxiste» ne m'incita pas à chanter les louanges de ce paradis franchement dictatorial! Par contre ce bon M. Peyrefitte -ancien censeur de notre radio nationale- nous gratifia d'un :
"Quand la Chine s'éveillera… le monde tremblera" et connut avec son livre un beau succès!

C'est presque au même moment qu'arrivèrent, en provenance d'Asie, de nouveaux membres de la grande confrérie des correspondants des RTV étrangères en poste à Paris qui guidés par le "CRETE" purent facilement et rapidement nouer des contacts fructueux avec la plupart de leurs confrères !

Aujourd'hui, comme je vis en France profonde, entre natifs du cru et horsins, je n'ai que rarement l'occasion de rencontrer des représentants de la de la grande diversité raciale de notre planète.
Par contre récemment j'ai aperçu des chinois à la télévision, ce fut à l'occasion du difficile périple que réalisa la flamme olympique dans les rues de Paris! Je dois avouer qu'assister en direct au récital musclé du service d'ordre chinois opérant sur notre sol ne me procura pas un plaisir immense ...
En pleine période de casse sociale ou les délocalisations jette sur le pavé un grand nombre de travailleurs il ne semble pas tout à fait anormal que la Chine inspire chez nous méfiance et peur!
Mais il suffit qu'une catastrophe frappe les chinois de la base pour que nous nous sentions à nouveau solidaires avec ces familles qui déplorent tant de morts et parmi lesquels un nombre impressionnant d'enfants victimes de la cupidité des dirigeants du Parti !La dictature communiste en Chine et celle de droite en Birmanie engendrent les mêmes effets pervers et permettent aux humbles habitants de notre hexagone de se rendre compte que la peau des humains ordinaires n'a toujours pas beaucoup de valeur pour des dirigeants incapables mais simplement profiteurs!
Faut-il pour autant perdre tout espoir? Sûrement pas car baisser les bras risque de favoriser la réapparition de la pieuvre de l'esclavage ?

Alors il faudra bien réagir et vraisemblablement le prix à payer pour assurer la liberté à nos enfants risque fort de sembler exorbitant à plus d'un, mais existe-t-il un autre choix possible ? Et l'illusion bien française du capitalisme bon enfant peut-elle être considérée sérieusement comme le juste milieu ?